Activités de valorisation

Activités de valorisation2018-11-15T02:51:49+00:00

Les activités de valorisation du transport actif permettent entre autres de donner le goût aux citoyens de se déplacer activement en leur montrant comment faire, tout en s’assurant qu’ils aient du plaisir à l’apprendre et en influençant leur sentiment de sécurité envers les déplacements actifs. Elles favorisent aussi les comportements courtois et respectueux par tous les usagers de la route et valorisent et récompensent les efforts de ceux qui adoptent ou qui utilisent déjà le transport actif. (Source: Vélo Québec)

Le Mois du vélo au Québec

Le mois de mai est reconnu comme mois du vélo depuis 1956 aux États-Unis. Au fil des ans, plusieurs autres pays, provinces et villes d’Amérique du Nord ont rejoint le mouvement et fait du mois de mai une célébration du vélo sous toutes ses formes. En mai 2015, Vélo Québec a embrassé le mouvement et proclamé le mois de mai Mois du vélo au Québec. Nous souhaitons que les Québécois s’approprient le Mois du vélo afin que mai soit l’occasion de célébrer le vélo à la grandeur du Québec.

Vous êtes un passionné de vélo, vous faites partie d’une association cycliste, vous êtes employé d’une administration municipale ou d’une boutique vélo, vous êtes employeur, vous travaillez en milieu scolaire, vous êtes un élu municipal ou provincial et vous voulez participer au Mois du vélo en organisant une activité à l’échelle de votre région, de votre collectivité ou de votre milieu de travail ou d’étude ? Ce guide vous aidera à faire de votre Mois du vélo un succès!

Le Mois du vélo est un excellent moyen de démontrer l’engagement de votre organisation ou collectivité en faveur du vélo. Le célébrer encourage les citoyens à utiliser leur vélo et contribue à renforcer la culture vélo dans votre communauté! Ensemble, créons le plus beau des mois de mai !

Source: Vélo Québec

Pour en savoir plus ou pour organiser une activité

La rue pour tous

La campagne «La rue pour tous» est une initiative de Vélo Québec dans le cadre du programme À pied, à vélo, ville active et se déploie en mai et vise à rappeler l’importance d’être courtois et vigilant lors de vos déplacements, plus particulièrement près des écoles.

Que vous soyez piéton, cycliste ou automobiliste :

  • adoptez une attitude courtoise et respectueuse envers les autres usagers de la route;
  • respectez le Code de la sécurité routière;
  • minimisez vos déplacements motorisés au profit de la marche ou du vélo.

Des activités sont organisées dans les services de garde afin que les enfants invitent les parents à signer l’engagement La rue pour tous et à apposer une vignette de la campagne dans une fenêtre de leur résidence ou de leur voiture.

Plus d’informations:

Découvrez davantage d’outils et d’idées d’activités à réaliser sur le site Internet de La rue pour tous.

PÉDIBUS: un autobus scolaire pédestre

Qu’est-ce que c’est?

Avez-vous déjà essayé de combiner exercice physique, initiation pratique à la sécurité dans la rue et mesures de réduction des émissions de pollution atmosphérique ? Eh bien, c’est ce que l’on appelle un pédibus ! Vous avez de la peine à le croire ? Que diriez-vous d’organiser un pédibus  et d’y participer pendant une semaine ? Vous en tirerez vos propres conclusions. Lisez plus bas pour savoir comment « faire démarrer » un pédibus  dans votre collectivité.

Près de neuf parents sur dix qui accompagnent leurs enfants à l’école à pied considèrent le pédibus comme un moyen idéal de rencontrer d’autres gens, de bavarder à l’entrée de l’école et de faire un peu d’exercice quotidien, selon une étude du ministère des transports du Local Government and the Regions, au Royaume-Uni.

Un pédibus  (ou même un « vélobus » !) est constitué d’au moins deux familles faisant ensemble le trajet vers l’école pour assurer leur sécurité.

Source: www.velo.qc.ca 

Le Trottibus

Le Trottibus de la Société canadienne du cancer est un autobus pédestre qui permet à des élèves du primaire de se rendre de la maison à l’école à pied. Ce programme est disponible dans toutes les écoles primaires du Québec dans lesquelles des parents se mobilisent autour du projet.

Source: www.trottibus.ca

Le défi Active tes pieds est aussi une initiative de la Société canadienne du cancer. Les élèves d’école primaire sont invités à utiliser le transport actif avec leur famille pendant trois semaines pour accumuler des kilomètres et aider ainsi leur école à parcourir l’équivalent de 6000 km.

Source: www.defiactivetespieds.ca

La géocachette

La Géocachette consiste en une chasse aux trésors dans le quartier de l’école. Il s’agit d’un parcours en quatre étapes, c’est-à-dire que quatre indices sont cachés dans le quartier. Chaque indice mène au prochain jusqu’à la cache finale où se trouve un appareil photo jetable dans une boîte de plastique permettant ainsi aux enfants de se prendre en photo à la fin du parcours. Généralement, cette activité est réalisée en famille, mais elle pourrait aussi se dérouler sur les heures de classe. Cette activité peut se dérouler à n’importe quel moment de l’année.

La Géocachette s’inspire du Geocaching. (Voir le site web de Geocaching pour plus de détails). En visitant ce site, il apparaît évident que l’utilisation du GPS n’est pas seulement reliée à la voiture ! En fait, le Geocaching est une activité physique, favorisant le plein air et la découverte de notre environnement.

Source: www.velo.qc.ca

  • Amener les enfants à découvrir leur quartier en marchant.
  • Permettre aux enfants d’expérimenter le plaisir de marcher dans leur quartier et ce peu importe la saison.
  • Apprendre aux enfants à lire une carte et à se repérer à l’aide de cet outil.
  • Offrir une activité familiale permettant aux familles de passer du temps ensemble.

Longueur du trajet : Environ de 1,5 km à 2,5 km

Temps nécessaire : Environ de 50 à 70 minutes

Si l’activité est offerte aux familles, les indices peuvent être gardés en place pendant quelques jours ou plusieurs semaines. Toutefois, il faut garder en tête que quelqu’un doit vérifier régulièrement l’état des indices. Ainsi, plus le trajet est disponible longtemps, plus le temps de supervision est considérable.

Astuce : Le choix des dates de la Géocachette est très important. Comme les familles sont encouragées à participer, mieux vaut choisir un moment où vous croyez que les parents seront disponibles pour accompagner leurs enfants. (Par exemple, pendant une longue fin de semaine, la semaine de relâche, etc.)

Ressources matérielles pour la préparation de la Géocachette:

  • Outils pour la recherche à faire avant de partir sur le terrain : accès à Internet, carte du réseau de transport en commun, carte du réseau des pistes cyclables, etc.
  • Outils pour l’exploration sur le terrain : appareil photo, planche pour écrire, vélo, carte à grande échelle du secteur à explorer (ce qui permet de voir précisément les détails du quartier), etc.

Ressources matérielles à préparer pour la réalisation de la Géocachette:

  • Carte du quartier à distribuer aux élèves qui participeront à l’activité (voir Annexe A)
  • Indices plastifiés (voir Annexe B)
  • Boîte en plastique
  • Appareil photo jetable
  • Carton d’invitation pour tous les élèves de l’école (voir Annexe C)

 Astuce : Pour la réalisation des cartes, un partenariat peut être établi avec des étudiants du cégep ou d’université.

Ressources humaines:

  • Pour la création d’un trajet :
    • Environ 50 heures pour la partie création du trajet et le temps passé sur la route
    • Environ 50 heures de coordination et communication
  • Pour chaque trajet supplémentaire :
    • Ajouter 35 heures par trajet pour la création du trajet et le temps passé sur la route
    • Environ 10 heures de coordination et communication

Ressources budgétaires:

  • Ressources humaines
  • Transport
  • Carton d’invitation (graphisme, impression et envoi)
  • Création d’une page Web 
  • Achat de prix de participation
  • Frais de poste pour l’envoi des prix
  • Impression des indices
  • Matériel (Appareil photo jetable, développement photos, Ty-Rap (pour fixer les indices), chaîne, papier collant, boîte de plastique pour l’appareil photo, plastification des indices)

On n’insistera jamais assez sur ce point ; c’est la clé du succès !

Voici quelques questions à réfléchir :

  • Comment gérer les inscriptions ?
  • Comment diffuser l’indice de départ? Faire imprimer l’indice et les cartes pour les distribuer ? Partenariat avec une bibliothèque pour l’accès à Internet ?
  • Comment exploiter le très bon potentiel de promotion chez les organismes qui seront inclus dans le parcours ? Par exemple, prendre le temps de les rencontrer, de leur expliquer l’activité, de noter leurs suggestions quant à ce qui sera écrit sur l’indice ; leur donner du matériel pour faire la promotion de l’activité (flyers et affiches).
  • Penser à qui sera ouvert la Géocachette ? Public en général ? Si cette option est retenue, vous pouvez distribuer des flyers et poser des affiches dans les cafés/commerces/organismes/etc. situés sur le trajet ou tout près. Cela pourrait se faire en même temps que la pose des indices par exemple.

Un communiqué de presse est tout à fait approprié pour annoncer la tenue d’une Géocachette (voir Annexe H). Si vous en avez la possibilité, la création d’une page web est également une très bonne idée (voir Annexe I). Finalement, les enseignants peuvent vous être d’une précieuse aide pour faire la diffusion de l’activité auprès de leurs élèves (voir Annexe J).

La mobilisation de la communauté n’est pas indispensable pour la réalisation d’une Géocachette. Toutefois, si le milieu est favorable, il est définitivement intéressant de mobiliser un maximum d’acteurs de la communauté. Ceci permet d’ancrer l’activité dans une démarche communautaire et ainsi, sensibiliser plusieurs acteurs aux transports actifs.

Il existe différentes façons de mobiliser la communauté autour de la Géocachette. Par exemple :

  • créer des partenariats en impliquant les organismes faisant partie du parcours dans la promotion de l’activité ;
  • faire appel à des bénévoles (peut-être même créer un petit comité !) pour le suivi des indices pendant la réalisation de l’activité (pourquoi pas des anciens participants, des familles, des enfants plus vieux ou des ados allumés ?).

Corridors scolaires

Une des façons d’inciter les déplacements actifs des enfants est l’implantation de trajets agréables entre leur maison et l’école. Cette sélection de trajets vise deux objectifs principaux : offrir à l’enfant un parcours plus sécuritaire et lui permettre de se déplacer agréablement en bonne compagnie.

Le processus d’implantation des trajets scolaires s’insère dans une démarche structurée en trois étapes regroupant les activités suivantes :

  1. Formation d’un comité de projet et mobilisation du milieu par l’implication de partenaires.
  2. Définition et aménagement des trajets (aspect technique de la démarche). Il s’agit du cœur du projet : cette étape permet d’acquérir une meilleure connaissance du milieu, évaluer les trajets potentiels, identifier les problèmes et solutions applicables, déterminer les corridors scolaires et les aménager. (Une partie des interventions faites dans le cadre des plans de déplacement est partie prenante de cette étape).
  3. Information, éducation, promotion, animation et évaluation : Cette étape permet de « faire vivre le parcours » et d’atteindre les objectifs fixés.

Afin de poursuivre la démarche, nous recommandons de voir la démarche complète suggérée par le ministère du Transport du Québec dans son guide d’implantation de trajets scolaires publié en 2009.

Le Mois international «Marchons vers l’école»

Le Mois international Marchons vers l’école se déploie en octobre et vise à promouvoir les déplacements actifs entre l’école et la maison, à la fois chez les jeunes du primaire, leurs parents, le personnel enseignant ainsi qu’auprès de tout autre acteur de la communauté.

Source: Vélo Québec

Pour en savoir plus